Le CPAS de Molenbeek limite l'accès aux médicaments

Hind Addi, docteure à Médecine pour le Peuple (MPLP) et 2e de liste pour le PTB à Molenbeek, réclame un accès égal aux soins de santé pour tous les Molenbeekois. Le CPAS de la commune a en effet décidé de ne pas rembourser certains médicaments aux personnes ayant droit à l'Aide Médicale Urgente (AMU). « Inacceptable », selon la docteure, qui rappelle que « la santé est un droit humain pour tous ».

En Belgique, il existe plusieurs catégories de médicaments, remboursés ou non par l’INAMI par l'intermédiaire des mutualités. Dans ce classement, la catégorie D regroupe l’ensemble des médicaments non remboursés.

« Un grand nombre de ces médicaments sont pourtant indispensables à la qualité de vie de certains patients, explique Hind Addi. C’est pourquoi la Fédération des CPAS de Bruxelles et la Fédération des Associations de Médecins Généralistes Bruxellois (FAMGB) se sont mis d’accord pour rembourser tout de même une partie de ces médicaments pour les patients les plus précaires, et ce, sur l’ensemble des 19 communes : c’est la « liste D ». Les frais sont alors avancés par le CPAS puis remboursés par le budget fédéral pour toute personne inscrite au registre national. »

L’État fédéral n'intervient cependant pas pour les personnes non-inscrites au registre national, sans titre de séjour valable. Ces personnes n'ont droit qu'à l'Aide Médicale Urgente (AMU). En 2015, la Fédération des médecins généralistes a exigé que les médicaments de la « liste D » avancés par le CPAS soient également remboursés aux bénéficiaires de l’Aide Médicale Urgente, sur les fonds propres du CPAS. La Fédération des CPAS de Bruxelles a repris cette mesure dans ses recommandations aux CPAS des 19 communes.

Hind Addi : « Cela prouve que ces médicaments sont considérés comme importants pour le traitement et la qualité de vie des patients. C'était un grand pas en avant vers l’accès aux soins de santé pour tous, y compris pour les personnes sans-papiers. »

Une recommandation respectée par de nombreuses communes (parmi lesquelles Uccle, Schaerbeek, Saint-Josse-ten-Noode, Bruxelles-Ville et Ixelles – liste non exhaustive)… mais pas par Molenbeek.

« Malheureusement, mes collègues et moi avons constaté qu'à Molenbeek, tous les patients ne sont pas traités de la même façon par le CPAS, contrairement à ce qui se passe dans d'autres communes. C’est un choix du CPAS molenbeekois d’avoir retiré une grande partie des médicaments de la liste, sans concertation avec les médecins et les pharmaciens de Molenbeek. Un exemple : ils ont retiré 4 des 5 anxiolytiques. Le seul médicament encore remboursé dans cette catégorie est le Diazepam, qui n’est pas le premier choix pour le traitement des angoisses et des insomnies. Les autres anxiolytiques restent également indispensables pour le traitement des personnes fragiles. »

Le PTB et Médecine pour le Peuple dénoncent cette prise en charge inégale des patients. « Nous demandons au CPAS de Molenbeek de garantir le droit fondamental aux soins de santé pour toutes et tous sur son territoire en remboursant la totalité des médicaments de la « liste D », y compris pour les bénéficiaires de l’AMU, comme le recommandent les médecins généralistes et comme c’est le cas dans les autres communes de Bruxelles », conclut Hind Addi.


Montrer 1 réaction

SVP vérifiez votre boîte email afin d'utiliser le lien pour activer votre compte.
  • Antoine Bertulot
    a publié cette page dans Actualités 2018-09-24 19:37:32 +0200

Prêt.e pour la grande vague du changement social ?